Presse

Article magazine International Hip-Hop #19 du clip de Diomay spasme produit par DjPimp aka The Nyx

Article sur Independance-Rap

« Dans la scène hip-hop c’est un ancien, au sens noble du terme. En 1997, à l’écoute du Wu-Tang, de LL Cool J et autres Jay-Z… C’est la révélation. Avec Néochrome il introduit sa musique et ses compositions… C’est finalement sous son label Sky thé limit qu’il fera ses armes. Cinq albums, douze mixtapes, retour sur un parcours en hors piste !

Dans la scène hip-hop c’est un ancien, au sens noble du terme. En 1997, à l’écoute du Wu-Tang, de LL Cool J et autres Jay-Z… C’est la révélation. Avec Néochrome il introduit sa musique et ses compositions… C’est finalement sous son label Sky thé limit qu’il fera ses armes. Cinq albums, douze mixtapes, retour sur un parcours en hors piste !

 Tchiki’Ovni, Diomay arrondi les angles » Independance-rap

Tchiki’Ovni, Diomay arrondi les angles » Independance-rap

A 32 ans, Diomay a 16 ans de rap derrière lui. Avec l’âge, il a acquis une maturité qui lui permet d’avoir du recul sur les choses, d’être impliqué sans en souffrir et d’avoir une expertise sur un milieu, où beaucoup d’artistes se sont perdus. « Si on regarde, le nombre d’artistes de ma génération qui ont arrêtés le rap, on peut comprendre qu’il y a un problème ». Révélateur de malaise, « je me sers du rap pour ramener des choses que j’ai vu ou vécu ». En ayant cette approche, presque journalistique des faits, cette connaissance du terrain, il dépeint des univers multiples et souhaite par leurs biais « créer des passerelles entre toutes les classes sociales et tout les âges ». A l’époque où de nombreux artistes tentent de se faire une place en apportant leur propre bagage musical, il y a toujours « un public rap qui souhaite entendre un message de la rue », quitte, pour les artistes à travestir leur quotidien et à tomber tout azimut dans la surenchère. « Si j’avais choisi cette voie, je n’aurais pas pu perdurer. Aujourd’hui chaque artiste devrait être à même de porter sa propre vision des choses et de l’aborder de façon individuelle. Aux Etats-Unis, ils ont réussi à faire du rap une musique à part entière, à se diversifier ». C’est en prenant des chemins de traverse qu’on avance ? « Avec mon approche, je tente d’amener mes auditeurs à se questionner, à sortir de la pensée unique ». A la base, les rappeurs n’étaient pas d’accord, « aujourd’hui le rôle du rappeur est galvaudé ». Presque créés comme des partis politiques, les nouveaux entrants tentent de s’insérer tant bien que mal dans des courants qui prennent l’ascendant sur le rap en lui même. Il y a le rap de rue, le rap à l’ancienne qui tente de sauver le rap des rappeurs qui font du Rick Ross… L’obligation de correspondre à une vision du rap, aux attentes d’un public supposé aussi. « Plus je vieillis, plus je m’éloigne du public du rap français », pourtant Diomay n’a jamais souhaité infantiliser son discours.

via : independance-rap.com

Mon rap a 30 ans sur le DVD International Hip Hop

12